x
Print This Page

Voir version française ci-dessous

RIDEAU INSTITUTE
FOR IMMEDIATE RELEASE
January 28, 2010

Scientists from 28 countries condemn Quebec’s asbestos export

Support independent science, not industry misinformation, scientists tell Charest

Over a hundred prominent scientists in 28 countries have challenged Premier Jean Charest, who leaves on a trade mission to India on Jan. 31, to stop Quebec’s export of asbestos to the developing world.

In their letter, released today, the scientists note that Quebec uses virtually none of the asbestos it mines; is spending millions of dollars to remove all forms of asbestos from its schools and buildings; and that its own health experts oppose the government’s asbestos policy and have shown that in Quebec itself, it has been impossible to use any asbestos safely.

This indicates a disturbing double standard that brings dishonour on Quebec’s international reputation, the scientists tell Charest.

The letter is signed by U.S. cancer expert, Dr Devra Davis, and by Sue Janse van Rensburg, Chief Executive Officer of the Cancer Association of South Africa (CANSA). “Quebec itself is experiencing an appalling epidemic of asbestos-related disease,” noted Ms Rensburg, “yet it is exporting asbestos to developing countries where there are far less protections than in Quebec. This is simply indefensible.”

“South Africa used to export asbestos, but has now banned it,” noted Dr Davis. “If a country facing enormous economic hardships, like South Africa, can ban asbestos, then why can’t Quebec?”

The scientists criticized Charest for funding industry misinformation and turning a deaf ear to his own health experts. “Independent scientists in Quebec and in India are being vilified and threatened by the asbestos industry,” said Dr Davis, noting that the asbestos industry in India has notified a number of scientists that legal action will be taken against them if they do not retract their published articles concerning the threat to health posed by chrysotile asbestos. “We call on Premier Charest to categorically condemn such threats to independent science by vested interests. We ask him to give his unequivocal support to his government’s own health scientists . We ask him to act honourably and end Quebec’s export of this deadly product.


INSTITUT RIDEAU
COMMUNIQUÉ
le 28 janvier 2010

Des scientifiques de 28 pays condamnent l’exportation d’amiante par le Québec

Ces scientifiques demandent au premier ministre Charest de soutenir la science désintéressée et non pas la propagande de l’industrie.

Plus d’une centaine de scientifiques renommés de 28 pays demandent au Premier Ministre Charest, à la veille de son départ pour une mission commerciale en Inde, le 31 janvier prochain, de mettre fin à l’exportation vers les pays du tiers monde, de l’amiante du Québec.

Dans une lettre rendue publique aujourd’hui, les scientifiques signalent que le Québec n’utilise pratiquement pas l’amiante qu’on extraie de son sous-sol; en outre, le Québec dépense des millions pour ôter l’amiante des écoles et des bâtiments qui lui appartiennent. Les scientifiques du Québec ont dénoncé la politique gouvernementale encourageant l’utilisation de l’amiante et documenté qu’au Québec même, il s’avère impossible d’appliquer les méthodes sécuritaires d’utilisation de l’amiante

Les scientifiques signalent au Premier Ministre qu’il s’agit là d’une attitude qui déshonore la réputation internationale du Québec, puisqu’il ne semble pas pratiquer ce qu’il prêche.

Parmi les signataires on compte la Dre Devra Davis, experte américaine du cancer ainsi que Sue Janse van Rensburg, directrice générale de l’Association contre le cancer d’Afrique du Sud (CANSA) qui signale que « le Québec est lui-même confronté à une épidémie inquiétante de maladies causées par l’amiante et il continue d’en exporter vers les pays en développement où on trouve beaucoup moins de moyens de protection qu’au Québec. Ceci est tout simplement indéfendable. »

« L’Afrique du Sud exportait de l’amiante mais l’interdit maintenant « constate la Dre Davis. « Quand un pays se trouve confronté à d’énormes difficultés économiques comme l’est l’Afrique du Sud et qu’il est capable de bannir l’exportation de l’amiante, pourquoi le Québec ne le pourrait-il pas? »

Les scientifiques déplorent que le gouvernement dirigé par M. Charest finance la propagande de l’industrie tout en refusant d’entendre ses propres experts. « Les scientifiques indépendants du Québec et de l’Inde se font calomnier et intimider par l’industrie soutient la Dre Davis, signalant que l’industrie de l’amiante de l’Inde a prévenu un certain nombre de chercheurs qu’ils seraient l’objet de recours en justice s’ils ne rétractaient pas des articles portant sur les risques pour la santé qui sont liés à l’amiante chrysotile. Nous demandons au Premier Ministre Charest de condamner ces menaces que des intérêts particuliers font peser sur la recherche indépendante. Nous lui demandons d’endosser les scientifiques de son gouvernement et d’agir en homme d’honneur en mettant fin à l’exportation par le Québec d’un produit mortel. »